Lexique de la Rénovation Energétique

26 novembre 2020
mis à jour le 15 novembre 2021

Vous vous lancez dans des travaux de rénovation énergétique ? Vous allez donc vite entendre parler d’hygrométrie, de déperdition et d’inertie. On vous explique tout sur ces termes techniques afin de choisir les bons travaux et matériaux suivant vos besoins. 

L’hygrométrie :  

Cet indice mesure le degré d’humidité de l’air. Trop d’humidité dans votre maison aura un effet sur votre confort thermique, votre santé mais aussi la durabilité et l’efficacité de vos matériaux, isolant, murs… Il est conseillé d’avoir une hygrométrie située entre 40 et 60% dans une habitation chauffée à 20°C. 

 

La déperdition :  

La déperdition thermique ou de chaleur correspond à la perte de chaleur qui se produit dans votre habitation. Elle est généralement due à une mauvaise isolation. 

Deux méthodes existent pour mesurer cette déperdition : le bilan thermique et la caméra thermique.  

Le bilan thermique est calculé soit pour une pièce soit pour votre logement global. 3 paramètres sont pris en compte : le volume à chauffer en m3, l’écart entre la température intérieure et extérieur et la puissance de chauffage dont vous avez besoin pour le volume donné. Le résultat de ce calcul sera un chiffre compris entre 0,4 et 1,5. Plus vous vous rapprocher de 1,5, plus votre isolation est mauvaise. 

La caméra thermique est une méthode qui utilise un thermogramme, technique qui permet de localiser les zones mal isolées de votre logement. 

 

L’inertie thermique  

Utiliser pour les matériaux, l’inertie thermique est leur capacité à accumuler et ensuite libérer la chaleur au fur et à mesure de la journée à l’intérieur de votre logement. Cette régulation de la température est notamment intéressante pour avoir un bon confort d’été et est donc plus ou moins importante suivant l’endroit où vous vivez. 

La résistance thermique :  

Celle-ci mesure la capacité d’isolation d’un matériau. Deux points sont importants : l’épaisseur de l’isolant et la conductivité du matériau choisi. Elle s’exprime en m2.K/W. Plus elle est élevée, plus le matériau est isolant. 

Bon à savoir : afin d’obtenir une aide financière, vous devrez avoir une résistance thermique de 3,7m2.K/W pour chacun de vos murs. 

  

L’éco-conditionnalité :  

C’est tout simplement une condition demandée par l’état pour bénéficier de certaines aides financières : il est impératif de faire appel à un professionnel labélisé RGE pour vos travaux pour obtenir ces aides. Un annuaire des professionnels labélisés est disponible sur le site FAIRE du gouvernement. 

Salon de la rénovation